En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

Les TV à écran plat nippones n'en finissent pas de s'applatir...

... et leur définition de s'affiner

Publié par K. Poupée le Lundi 30 Avril 2007, 03:34 dans la rubrique Technologies - Lu 5630 fois - Version imprimable


A ceux qui souhaitent investir dans un téléviseur à écran plat, on ne conseillera pas d'attendre, car en la matière, c'est comme pour les ordinateurs de tous types, il y a toujours techniquement mieux à naître et, à qualité et performances technologiques stables, financièrement moins coûteux à espérer.




Il n'empêche, les dernières nouveautés présentées lors du dernier salon nippon des technologies d'affichage donnent envie de laisser passer quelques mois ou années avant de débourser plusieurs milliers de yens ou euros.



En effet, les prototypes de futures générations de téléviseurs dévoilés lors de la "FDP Expo" de Tokyo, comprenez Flat Panel Display (écran plats), mi-avril dans la capitale nippone, laissent augurer de nouvelles révolutions dans le secteur qui en a connu plus d'unes depuis quelques années.

A ceux qui n'auraient pas d'emblée pigé, rappelons que toutes les technologies d'écrans plats actuellement sur le marché sont nées au Japon de même que leurs diverses évolutions.



La nouveauté qui fit le plus parler d'elle lors de ce salon est signée du géant local, l'inventeur du tube trinitron, devenu numéro un mondial des TV LCD en 2006, celui que d'aucuns donnaient moribond, on veut bien entendu parler de .... Sony.

Ce dernier a en effet à cette occasion promis de produire en série et de lancer dans la foulée sur le marché dès cette année les premiers téléviseurs à écran plat organique électroluminescent (OEL).



Ce type d'affichage, apparu dans la fin des années 1990 puis installé sur quelques téléphones mobiles, a pour particularité d'être auto-lumineux. Très contrasté et offrant une large palette de nuances, l'OEL (ou OLED) est considéré comme une des technologies les plus prometteuses pour la prochaine génération de TV haute-définition.

Même s'il s'agira pour Sony dans un premier temps de vendre des modèles de petite diagonale (11 pouces soit 28 cm), ce n'en sera pas moins une première mondiale.
D'ailleurs les écrans de 27 pouces ne tarderont pas à suivre, si l'on en croît un porte-parole du groupe. Les prototypes fonctionnels existent. Le frein est plutôt financier, puisque les coûts de production de téléviseurs OEL de 27 pouces seraient encore tels que les tarifs de vente à l'arrivée seraient exorbitants. De fait, le prix des TV OEL de 11 pouces devrait très largement dépasser dans un premier temps celui des modèles de taille équivalente à technologie à cristaux liquides (LCD), vendus en moyenne 70.000 yens (450 euros) au Japon.
"Dans l'immédiat, il est difficile de concurrencer les écrans plats actuels avec cette technologie de nouvelle génération. De fait, notre stratégie ne change pas, nous privilégions toujours le LCD parce qu'on peut fabriquer des écrans de très grandes tailles à des prix raisonnables", a insisté le porte-parole.

Les coûts élevés de production sont de facto une des raisons pour lesquelles les écrans organiques n'ont été pour le moment employés que pour un quelques rares modèles de petits appareils (téléphones mobiles, baladeurs ou autoradios). Une autre tient à la limitation de leur durée de vie.


Mais selon Sony, le 11 pouces que le groupe s'apprête à proposer "a une espérance de vie qui correspond à la durée moyenne d'utilisation constatée de ce type de produit, soit environ 7 ans". Récemment d'autres entreprises nippones ont également fait état de nouveaux progrès techniques permettant de décupler l'espérance de vie initiale de ces écrans, ce qui est de bon augure.

Bref, l'OEL est bien parti pour se frayer à moyen terme une place sur les étals et dans les foyers.



En revanche, rien n'est encore garanti pour une autre technologie dont Canon et Toshiba avaient fait un élément stratégique: les TV SED (Surface-conduction Electron-Emitter Display), dont la dalle est constituée de mini canons à électrons de la taille d'un pixel Aux dernières nouvelles le SED n'est pas remisé derrière les fagots, mais, Toshiba a jeté l'éponge, laissant Canon se débrouiller seul avec la justice et une société américaine qui revendique des brevets attenants. De plus, là encore, les coûts de production des dalles pour ces écrans, au rendu fort beau au demeurant, limitent fortement leur potentiel de vente face aux plasma et LCD dont la qualité ne cesse parallèlement d'augmenter et dont le prix (à caractéristiques égale) n'en finit pas à l'inverse de dégringoler.



Autre inconnue, le devenir de la technologie également très prometteuse FED (Field Emission Display, affichage à émission de champ). Cette dernière, qui était présente au salon de Tokyo sur le stand d'une société du même nom, souffre également des mêmes problèmes de coûts de fabrication. Si la petite entreprise sus-mentionnée n'a assurément pas les reins assez solides pour se lancer seule dans l'aventure commerciale, en dépit de surprenantes capacités techniques, c'est encore Sony qui pourrait jouer les pionniers. Le groupe a en effet récemment créé une filiale dont le but est justement d'étudier la faisabilité du lancement sur le marché de TV FED.



En attendant de voir apparaître (ou non) ces nouveaux types de téléviseurs dans les boutiques d'électronique, on pourra à coup sûr y découvrir des versions améliorées des LCD et plasma, grâce à des astuces techniques permettant de résoudre leurs défauts intrinsèques.



Ainsi en est-il des systèmes de doublement de fréquence de balayage sur les LCD, lesquelles corrigent l'incapacité naturelle des écrans LCD à bien afficher des images présentant de rapides changements. Les caractères d'un titre déroulant sont avec ce système nets alors qu'ils apparaissent par comparaison flous sur un écran LCD dépourvu de cette technologie. JVC est un des plus avancés sur ce point.



On pourrait aussi parler des techniques qui permettent d'afficher en plein écran trois images différentes, selon la position que l'on occupe par rapport à ce dernier (gauche, face ou droite). Sauf que l'inventeur de cette astuce, Sharp, qui a également conçu un prototype d'écran à double haute-définition (4000 lignes) brillait par son absence inexpliquée à ce salon. Sans doute pour une bonne raison, mais le mystère reste entier.



Enfin, sachez pour conclure que cette vaste exposition avait aussi, voire surtout, pour but de permettre aux innombrables PME ou grosses structures nippones de présenter leurs matériaux, technologies, robots et autres outils permettant de façonner les dalles-mères, découper les écrans ou assembler les TV.



En la matière, Sharp et Matsushita ont de bons alibis pour rester discrets, car leurs secrets de fabrication sont les raisons majeures pour lesquelles leur compétivité et la qualité de leurs produits sont inégalables par les fabricants chinois.


Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires

Lien croisé

www.player-one.fr :: Voir le sujet - quelle tv pour consoles next gen? : "http://tokyo.viabloga.com/news/les-tv-ecrans-plats-nippones-n-en-finissent-pas-de-s-affiner_________________"

anonyme - 31.05.07 à 06:32 - # - Répondre -

Excellent cette TV a écran plat !! Parfait pour regarder ses série préférées :p One Piece est le manga le plus vendu au Japon, chaque tome se classe à la première place dès sa sortie. Le record est détenu par le tome 67 qui s'est vendu à plus de 4,05 millions d'exemplaires . En France, la série est devenue leader en 2011 et s'est vendue à six millions d'exemplaires depuis sa sortie. En 72 volumes, le tirage total des tomes de One Piece s'élève actuellement à 300 millions d'exemplaires uniquement au Japon.

one piece streaming - 18.11.13 à 18:52 - # - Répondre -

Commenter l'article