En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

Présentation

Publié par K. Poupée le Dimanche 20 Juin 2010, 21:49 dans la rubrique Présentation - Lu 5401 fois - Version imprimable

 
 
Chroniques Live Japon

Les chroniques hebdomadaires sur les technologies nippones, "Live Japon" publiées sur ce blog et parallèlement sur le site clubic.com, sont enrichies de mangas dessinés spécialement par le mangaka japonais J.P. Nishi.
 
NOUVEAU!




PARIS, TOUJOURS !




Paris, le retour !



A nous deux Paris !


Paris et les Parisiens vus par un Japonais "lost in translation" ! 

Auteur
d'une série sur les mésaventures d'un Nippon débarqué dans la capitale hexagonale, à ses risques et périls. 
J.P. Nishi est désormais revenu à Tokyo où il croque dans le magazine "Feel Young" la vie de ses compatriotes et de Français du Japon, avec toujours la même jolie ironie.

 


 Le blog de Nishi-san




et toujours,

de Karyn POUPEE

LES JAPONAIS
NOUVELLE EDITION, REVUE ET AUGMENTEE
(tsunami, Fukushima, changements de Premier ministre, nouveaux comportements...)Disponible en librairie
plus de 600 pages, moins de 12 euros




ET ENCORE




KomikkuMomie Manga, etc.),
et sur les espaces en ligne, dont 
Amazon.comFnac.
Editions Tallandier, 400 pages, 23 euros.
 En se démarquant du reste de la production graphique mondiale, le manga est devenu une véritable industrie qui vend des magazines et séries par dizaines de millions d’exemplaires et représente, au Japon, un marché de plus de 3 milliards d’euros. Créé dans une société singulière et énigmatique, cet univers narratif réfléchit l’évolution du pays dans lequel il s’est développé : moyen de consolation durant la récession d'avant-guerre, le manga se fit le héraut de la contestation dans les années soixante et un médiateur du féminisme dix ans plus tard. D’Astro Boy à Akira, le manga transforme les robots en gentils humains ou les hommes en terribles machines, rêve le meilleur d’une nation ambitieuse et solidaire, ou anticipe le pire d’une société décadente et belliqueuse.



Suivez les gazoullis sur Twitter @karyn_poupee

Journaliste installée au Japon depuis 2002, correspondante permanente de l’Agence France-Presse (AFP) à Tokyo, KARYN POUPÉE a reçu en 2009 le prix Shibusawa-Claudel pour son livre Les Japonais (Tallandier), salué par la critique tant française que nippone.

 




 



Article précédent - Commenter - Article suivant -