En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

La valorisation marchande de l'otaku

Chronique hebdomadaire "Live Japon" sur Clubic.com, avec le mangaka Nishi

Publié par K. Poupée le Lundi 14 Novembre 2011, 01:37 dans la rubrique Faits de société - Lu 1298 fois - Version imprimable


"OTAKU": ce terme japonais est sans nul doute connu de la plupart des lecteurs de cette chronique, son historique au Japon probablement moins. Originellement, "otaku" signifie "votre maison", "chez vous", mais son acception a dérivé depuis les années 1970-1980 du fait de son emploi singulier par certains individus, pour désigner dans un premier temps de jeunes hommes obnubilés par les jeux vidéo ou les séries animées, puis diverses autres choses par la suite... Comme le résume le mangaka japonais Taku Nishimura (alias Jean-Paul Nishi), le peuple "otaku", qui était autrefois marginalisé, aujourd'hui se banalise et constitue une manne pour le monde marchand qui le valorise.

Live Japon Otaku manga nishi

Otaku, otaku bunka (culture otaku), ces expressions tendent à prendre une tournure positive au fil des années, un changement qui se propage grâce aux tactiques de sociétés de stratégie de communication et d'une diplomatie nippone un tantinet propagandiste..

Initialement, dans les années 1980, l'otaku était un jeune homme asocial négligé, reclus à longueur de journée devant son PC ou sa console de jeux vidéo et qui ne sortait que pour aller assouvir ses besoins de nouveautés informatiques ou ludiques à Akihabara. Aujourd'hui, même si dans les faits ces profils existent toujours, le terme otaku en vient petit à petit à désigner une peuplade plus large de passionnés inconditionnels de quoi que ce soit. Bien que pour la plupart des Japonais le mot otaku reste péjoratif, voire associé pour certains au souvenir de déséquilibrés, l'évolution de son acception dans un sens moins dépréciatif n'a rien du hasard: d'une part ce qu'apprécient les "otaku" tend à l'être par une population plus importante, d'autre part ils sont présentés parfois comme des héros, ce qui les démarginalise.


Article précédent - Commenter - Article suivant -