En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

Japon: il reste des missiles nord-coréens sur le pas de tir...

... mais en attendant le bouclier, les affaires continuent

Publié par K. Poupée le Vendredi 7 Juillet 2006, 17:29 dans la rubrique Faits de société - Lu 3752 fois - Version imprimable

ECOUTER






Les caractères

(kita chousen misaïru)

comprenez "missiles de Corée du Nord"

ont continué fort logiquement de barrer toutes les unes de la presse japonaise en ces jeudi 6 juillet et vendredi 7 juillet 2006, au lendemain et surlendemain des sept tirs de missiles balistiques effectués par le régime de Pyongyang en direction du Japon. On n'efface pas comme cela d'un coup de torchon un tel geste que personne ou presque, pas même le Premier ministre nippon Junichiro Koizumi, ne sait interpréter.



On n'a d'autant plus de raisons de continuer d'en parler et de s'inquiéter que de nouveaux essais de missiles balistiques ne sont pas exclus dans les prochains jours.
A lire les communiqués officiels des autorités ou à écouter les chaînes de télévision nord-coréennes, c'est même une quasi-certitude. Les menaces ne font pas l'ombre d'un doute, ni sur le fond, ni sur le ton.





Reste que comme on vous le disait ici, nous, journalistes tokyoïtes, en sommes réduits à reproduire les mots des hommes politiques, pas tendres au demeurant, et ceux des experts en géostratégie, faute d'être dans les lieux de tractation du pouvoir pour savoir ce qu'il s'y trame.





Et comme par ailleurs, la vie des affaires n'a pas cessé son cours, on est de fait revenus à nos préoccupations habituelles, en gardant quand même une oreille vigilante vers la radio et un oeil attentif sur l'écran de télé pour surveiller les déclarations et apparitions des uns et des autres.



Jeudi 6 juillet donc, comme chaque jour ou presque, la Banque du Japon a sorti un nouveau rapport sur l'économie nippone et son gouverneur a parlé pour se féliciter une fois encore de la bonne tenue de la conjoncture et de la tendance positive qui se dégage désormais dans tous les recoins de l'archipel.

Dans la foulée, vendredi 7 juillet, le gouvernement a revu à la hausse ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) à 2,1% pour l'année budgétaire en cours, ainsi que toute une batterie d'autres indicateurs économiques. Une révision motivée par la progression de la consommation intérieure et des investissements des entreprises.
Pourvu que les missiles ne donnent pas un coup d'arrêt à ce redressement qui se confirme de mois en mois, si ce n'est de jour en jour.








Et puis, dans la masse incommensurable d'informations qui déboulent chaque jour sur notre bureau, est apparue une étude plus amusante à vous faire partager.

Il s'agit d'une enquête réalisée par l'institut Dimsdrive auprès du public nippon portant sur les
"mots-clefs" du business sur Internet.


D"où il ressort qu'à la question "quel est selon vous le mot-clef le plus représentatif des affaires du web?", les Japonais répondent en majorité.... "online-trade", ce qu'on traduira librement par "boursicotage en ligne".
En effet, sur quelque 5.567 personnes sondées réparties à égalité entre hommes et femmes, pas moins de 885 ( soit une sur six environ) ont d'emblée choisi ce terme, sans qu'on le leur souffle à l'oreille.



La réponse n'étonne guère lorsqu'on sait l'engouement qu'ont les Japonais pour la Bourse depuis quelques années. Les sociétés de courtage en ligne le savent qui voient leur nombre de clients s'accroître chaque mois de plusieurs centaines de milliers.



Le "money game" est ainsi devenu le sport favori des Nippons de tous âges, et des jeunes en particulier.
Il y a à cela plusieurs raisons, à commencer par la stratégie des sites de boursicotage en ligne qui font une promotion débridée des avantages des placements en actions, aidées par la fulgurante progression des valeurs sur la place tokyoïte.

L'indice phare du Tokyo Stock Exchange, le Nikkei 225, moyenne non pondérée des 225 valeurs vedettes du plus important marché d'Asie, a gagné la bagatelle de plus de 40% en 2005. A côté des investissements traditionnels, y a pas photo.



De surcroît, pour appâter le clients, les e-trade, Rakuten et consorts ont bradé les commissions prises sur les ordres. Enfin, et surtout, ils proposent des outils de transactions sur téléphones portables qui rendent les échanges ludiques et permettent de vendre et acheter à tout moment en pianotant très simplement sur le clavier du mobile.
Du coup, au lieu de jouer à Tétris, les Nippons s'adonnent au "money game" réel en investissant en Bourse, une occupation devenue d'autant plus populaire que les casinos n'existent pas au Japon et que les jeux d'argent sont officiellement interdits, hormis les "Takarakuji", équivalent de notre bonne vieille "loterie nationale". La Bourse, moins hasardeuse certes, mais parfois plus risquée, remplace, donc.





Mais revenons à notre étude.

Le deuxième terme plébiscité par 8,3% des sondés est... "Livedoor jiken", autrement dit "l'affaire Livedoor", du nom du portail internet qui a défrayé la chronique en début d'année, lorsque le "golden boy" fondateur de cet ultra-populaire portail multiservices sur internet, Takafumi Horie, s'est fait écroué pour avoir ... un peu trop jouer avec la Bourse. Le garçon, insolent trublion, est accusé de délit boursier et manipulation de comptes.

La révélation au grand jour de ses malversations financières avait justement semé la panique chez les nouveaux venus à la Bourse, ceux dont on parlait plus haut, qui ont revendu leurs actions à tour de bras, y perdant pas mal de plumes au passage. Assurément, ça laisse des traces dans les esprits et un trou dans le compte en banque.
Mais cela ne les a pas dissuadés pour autant de continuer à injecter des sous dans la machine boursière. Ce qui a obligé le Tokyo Stock Exchange à doper son système informatique qui menaçait de s'effondrer sous le tsunami d'ordres affluant de toutes parts dans ses entrailles pleines à craquer.



Dans la suite des mots-clefs, arrivent en troisième et quatrième positions deux termes eux aussi très présents dans l'actualité, pour notre plus grande joie: "blog" et ''affiliés".
Le phénomène mondial des "bloc notes en ligne" et du nouveau créneau publicitaire qu'ils représentent pour les annonceurs n'a effectivement pas épargné le Japon, même si comme on vous l'avait longuement expliqué ici, aux "blogs" traditionnels, les Nippons préfèrent les SNS, c'est-à-dire les réseaux communautaires limités à un lectorat choisi.



Le mot "podcasting" se place quant à lui en 6e place, et "One seg" (nom de la télévison numérique terrestre mobile japonaise) au 11e rang. Comme quoi, en abordant récemment tous ces sujets sur ce "blog", on a eu du flair.



Un petit message pour conclure dans le droit fil de cette étude: comme l'auteur de ces lignes n'a pas le droit d'investir en Bourse, tenue par ses obligations professionnelles de journaliste économique, il lui reste donc à espérer que son "blog", "En direct de Tokyo" et le "podcast" associé, lui permettront un jour de susciter l'intérêt des spécialistes du placement de publicités "affiliées" pour arrondir ses fins de mois à défaut de pouvoir compter sur les dividendes d'actions.

Chers lecteurs et auditeurs, vous savez ce qu'il vous reste à faire. Revenez le plus souvent possible ici et vantez sans compter ce site auprès de vos amis bien placés.


Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires

Lien croisé

Japon [Topic Unik] - Société - Discussions - FORUM HardWare.fr : "sseb22 a écrit :les 'tracas' avec la COrée du Nord et leur missile inquiètent ceux qui vont ou habitent au Japon ? Ca en parle : ici et ici après j'ai pas encore eu l'occassion d'écouter les podcast associés (ça sera pour ce soir en rentrant du "boulot"   )" rel="nofollow"

anonyme - 18.07.06 à 19:14 - # - Répondre -

Commenter l'article