En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

Le Tokyo Game Show, un salon de plus en plus fréquentable...

... presque débarrassé des cohortes de Japonaises à moitié nues servant de faire-valoir

Publié par K. Poupée le Dimanche 24 Septembre 2006, 00:08 dans la rubrique Faits de société - Lu 9647 fois - Version imprimable



Ecouter


Il y a quelques années, lorsqu'on venait au Tokyo Game Show (TGS pour les intimes), on avait vraiment la sensation étrange, et pas toujours agréable, de débarquer sur une autre planète, un univers d'initiés, plus ou moins inquiétant.
Les choses ont changé.


Il ya a désormais au TGS un peu moins de filles à moitié nues sur les stands (désolée messieurs), et davantage d'enfants et de femmes bien habillées dans les travées.


Ceux qui autrefois venaient pour se rincer l'oeil n'ont plus désormais qu'à braquer leurs télé-objectifs sur les "Cosplay" déguisés en personnages de jeux ou manga qui draînent avec eux un public d'inconditionnels de la Jap'anime.


Assurément, le monde du jeu vidéo s'est diversifié, et étendu à des pans de la population qui en demeuraient précédemment fort éloignés.

L'auteur de ce blog, qui fréquente par obligation professionnelle le TGS depuis sept ans, y voit la conséquence de deux facteurs concomitants : d'une part la démocratisation du jeu via le téléphone portable, qui prend une ampleur étonnante au Japon, et d'autre part "l'effet DS".


Dans les halls monumentaux du salon, qui soufflait cette année ses dix bougies, les stands des grands opérateurs japonais de télécommunications mobiles (NTT DoCoMo, KDDI, Softbank), où s'alignaient des dizaines de téléphones en libre accès, n'avaient en effet rien à envier en taille et en extravagances à ceux des Sega, Sony, Microsoft et autres mastodontes du jeu.


Aucune société de développement au Japon ne peut se permettre de faire l'impasse aujourd'hui sur ce créneau très porteur du jeu mobile.
Terminal caméléon, le "keitai" (téléphone portable) que possède plus de 90 millions de Japonais, est désormais capable de telles performances techniques qu'il est presque en mesure de rivaliser, en termes de graphisme et de sophistication, avec les vraies consoles de jeux portables.

Des publics rétifs aux jeux se laissent donc tenter, puis finissent apparemment par y prendre goût. Il suffit de grimper dans le métro à Tokyo pour voir que cette occupation aussi prisée que prenante n'est plus l'apanage des garçons de 15 à 30 ans. Les femmes et les plus de 40 ans en sont aussi désormais des adeptes.

La raison tient au fait que tout porteur de mobile a à portée de main une gamme de jeux téléchargeables pour portables des plus étendues, qui couvre toutes les catégories de divertissement, du simple jeu de plateau (Go, dames, solitaires, échecs) aux simulations sportives et jeux de rôles ou d'action en trois dimensions.


Les développeurs ne prennent en outre guère de risques qui adaptent en version mobiles des "hits" existant sur d'autres plates-formes ce qui leur permet de diviser les coûts par deux par rapport à un développement spécifique intégral.


Il n'y a qu'à puiser dans les portails des opérateurs, chacun y trouvera son bonheur.

A noter au passage que ces derniers, qui avaient un temps un peu moins argumenté sur ce secteur, pour vanter davantage la musique (KDDI) ou les fonctions de paiement électronique (NTT DoCoMo) sont repartis ces dernières semaines à l'offensive.

NTT DoCoMo vient en effet de lancer sa série de terminaux 903i "mega games" dont la principale caractéristique est d'octroyer davantage de capacités aux jeux en Java. Et le fait est que la différence se voit, sur le plan du graphisme, de la fluidité et de la complexité des jeux.


KDDI met pour sa part en avant les jeux en réseau, comme Bomberman qui peut accueillir jusqu'à 24 participants sur mobiles en ligne.

Quant au troisième opérateur présent au TGS 2006, Softbank, il s'est taillé un joli succès avec les jeux en réseau via la technologie sans fil de proximité Bluetooth (jusqu'à six participants côte-à-côte).

Il a par ailleurs fortement mis en avant son terminal 905SH fabriqué par Sharp, une petite merveille de technologie dont le magnifique écran s'oriente à l'horizontal en un tourne-main pour regarder la télévision (TV numérique terrestre mobile) ou jouer en "écran large 16/9e 3D".

Outre la démocratisation via le mobile, le deuxième facteur qui a rendu le TGS moins hermétique aux profanes et permis au marché nippon du jeu de recommencer à croître en 2005, est sans nul doute la console portable DS de Nintendo.


Comme on vous l'a déjà expliqué ici, cette machine de poche rencontre un succès incroyable auprès de tous les publics, de 4 ans à plus de 60 ans, grâce à un mode de jeu tactile fort agréable et à une logithèque bourrée de divertissements qui balayent large, comprenant aussi des jeux éducatifs et même des livres.



Le succès rencontré par les jeux d'entraînement des méninges constitue le meilleur exemple de cet élargissement à des nouveaux publics (personnes âgées, femmes), susceptibles ensuite, une fois l'habitude de jouer sur une console prise, de se laisser tenter par d'autres types de jeux.

Les professionnels ont bien mesuré l'effet bénéfique de ces jeux qui ont élu au TGS "Jeu de l'année", le premier et le meilleur représentant de cette nouvelle catégorie: "Quel âge a votre cerveau? Entraînement des méninges, par le professeur Kawashima".


La DS en a d'ailleurs pleinement profité qui s'est vendue à 6,5 millions d'unités au Japon depuis décembre 2004.
Quant à sa version récemment redesignée DS Lite, elle s'est déjà écoulée à près de 4 millions d'unités depuis mars dernier sur l'Archipel, du jamais vu en un laps de temps aussi court.
Trouver une DS Lite à Tokyo relevait encore de la chance en septembre, Nintendo étant dans l'incapacité de satisfaire toute la demande.

Selon le président de la société d'études spécialisée Enterbrain, le potentiel de cette console est énorme et "ses ventes pourraient atteindre à termes 20 voire 30 millions d'unités au Japon", dépassant ainsi l'actuelle championne des ventes, la PlayStation 2 de Sony (19,8 millions).

Les professionnels nippons sont d'ailleurs tout aussi optimistes pour la nouvelle console de salon Wii du même Nintendo, dont le mode de jeu par reconnaissance de mouvement est à une console de salon ce que l'écran tactile est à une machine portable.


Il était toutefois difficile de juger des réactions du publics face à la Wii au TGS, puisque Nintendo boude depuis l'origine ce salon, s'opposant au fait qu'il soit payant alors qu'il est avant tout un vaste lieu de promotion. Position ma foi fort louable même si nombreux étaient les visiteurs frustrés de ne voir que quelques titres pour la Wii présentés par leurs éditeurs (Konami, Sega) sur leurs stands.


Cette absence a à l'inverse fait le bonheur de Sony qui a fait un véritable carton avec sa PlayStation 3. D'autant que le géant de l'électronique a profité de l'événement pour annoncer une baisse de prix de la PS3 avant même qu'elle ne soit en vente. Initialement annoncée à 63.000 yens (version de base avec disque dur de 20 Gigaoctets), elle sera finalement vendue au Japon moins de 50.000 yens (environ 380 euros au cours actuel).


La présence au TGS 2006 de cette console en version jouable et de plusieurs titres phares aux graphismes impressionnants, comme Gran Turismo HD, a attiré du peuple.
En trois jours, le TGS a accueilli la bagatelle de 193.000 visiteurs (dont 40.000 professionnels et 23.000 enfants de moins de 12 ans), record historique.

Quelque 85.000 personnes s'y sont pressées le samedi 23 septembre, du jamais vu en une seule journée depuis dix ans qu'existe le Tokyo Game Show.


Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires

Impressionnant

Les chiffres que vous énoncés sont impressionnats. Je vous avoue que je suis un peu choqué !

Bravo pour le petit reportage !

Edi - 30.09.06 à 18:14 - # - Répondre -

Re: Impressionnant

Remettez-vous cher ami lecteur,

Les chiffres énoncés sont exacts et vérifiables, mais c'est vrai que, comme souvent au Japon, ils apparaissent démesurés.

K. Poupée

kpoupee - 01.10.06 à 03:39 - # - Répondre -

Lien croisé

Marketing is dead : actualite : "ont la DS Lite s'est déjà écoulée à près de 4 millions d'unités depuis son lancement en mars dernier sur l'Archipel ! Pour en savoir plus sur le Tokyo Game Show, rendez-vous sur les blogs des français vivant au Japon, et notamment : http://tokyo.viabloga.com/news/51.shtml http://www.docteeboh.net/blog/?p=306 Comment se tenir au courant – évidemment très partiellement, mais en un clin d’œil – de l’actualité sociétale nippone ? J’ai ag" rel="nofollow"

anonyme - 03.10.06 à 18:13 - # - Répondre -

Lien croisé

directory | Cluster21 : la communauté du digital, des médias à la e-démocratie.. : "[img_assist|fid=361|thumb=1|alt=Tokyo Game Show 2006]En lire plus sur le Tokyo Game Show..." rel="nofollow"

anonyme - 08.12.06 à 20:28 - # - Répondre -

Commenter l'article