En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

CEATEC JAPON: de la haute-définition, du Blu-Ray, du HD-DVD...

... en voulez-vous? En voilà...

Publié par K. Poupée le Jeudi 5 Octobre 2006, 23:18 dans la rubrique Technologies - Lu 5090 fois - Version imprimable



Ecouter


Les habitués de ce blog vont finir par avoir l'impression que son auteur passe sa vie à arpenter les salons high-tech du Japon. Ce n'est pas tout-à-fait exact, même si par obligation professionnelle elle y consacre pas mal de temps en raison du nombre d'événements nippons de ce genre.



Après donc le Wireless Japan (télécommunication mobiles), le Omocha Show (jeux et jouets), le Tokyo Game Show (jeux vidéo), on vous emmène en ce début octobre 2006 faire un petit tour virtuel au CEATEC, plus grand salon asiatique de l'électronique et des nouvelles technologies.


D'où l'on ressort évidemment totalement claqué, autant que frustré, car il est bien sûr impossible de tout voir. Pensez!

Pour vous brosser un rapide paysage, le CEATEC c'est huit halls bondés où sont agglutinées 800 sociétés alignant des milliers de produits, chacune essayant tant bien que mal de capter l'attention des quelque 200.000 visiteurs, de sexe masculin en très grande majorité.
Le tout dans un capharnaüm qui n'a presque rien à envier à l'ambiance du Tokyo Game Show.


On vous épargne les halls 8, 7, 6, 5, 4 occupés par les sous-traitants fabricants de composants pour vous conduire directement aux halls 3,2 et 1 où étaient réunis les géants du secteur de l'électronique grand public, Matsushita (marque Panasonic), Sony, Hitachi, Toshiba, Pioneer, Sharp, JVC...


Là, pas de doute, tous ont eu la même idée: vanter de la façon la plus attractive et la plus extravagante possible leurs télévisions à écran plat plasma ou à cristaux liquides (LCD).

Et tous d'employer les mêmes termes "full HD", "ultra-thin", "hyper-contrast", on en passe et des plus sibyllins.


Le visiteur avait beau se frotter les yeux devant toutes ces magnifiques télés, il ne percevait pas forcément la différence entre leur rendu (le diable se niche dans les détails), mais une chose est certaine, les images sont bluffantes.


Haute-définition, forcément, format 1080p, le meilleur, évidemment. La qualité standard (PAL, SECAM ou NTSC) qui fait encore les beaux jours de millions de téléspectateurs dans le monde n'a plus sa place ici.


D'autant moins d'ailleurs que les avant-gardistes japonais travaillent déjà à doper ladite haute-définition pour les futures générations.

Comment? En multipliant par exemple le nombre de pixels composants les écrans par quatre (8,5 millions) comme chez Sharp, ou carrément par seize (34 millions) comme chez Pioneer. A ce stade, on parle de "super haute-définition".


Ce n'est pas encore pour demain, mais pour après-demain assurément puisque les prototypes étaient déjà visibles, et que le modèle Sharp, à mi-chemin entre la haute-définition actuelle et la super-haute définition future ressemble d'ailleurs quasiment à un produit du commerce.

 

Bref, on en a déjà plein les mirettes avec la HD, et pourtant on n'a encore rien vu!!


Autres grandes vedettes du CEATEC, les nouvelles générations de DVD haute-capacité, aux formats Blu-Ray de Sony et Matsushita, et HD-DVD de Toshiba et NEC. Ces deux formats se livrent une âpre compétition pour s'arroger le titre de standard des DVD vidéo haute-définition, remplaçants des DVD Vidéo actuels.


Eh bien, à s'en tenir aux prestations des uns et des autres, on ressort du CEATEC avec la certitude que les jeux sont faits... en faveur du Blu-Ray. Bien joué Sony et consorts!!


Mais ce n'est bien sûr qu'une impression qui ne repose sur aucun argument technique massue, sur aucune déclaration fracassante, sur aucune révélation explosive, mais sur de simples sensations. Lesquelles résultent d'un matraquage promotionnel fort bien orchestré.


Le logo Blu-ray était plus visible, le stand Blu-Ray plus grand, mieux placé, plus décapant, bref, plus attractif que celui, plan-plan, consacré au HD-DVD.


De plus, pour séduire aussi les techniciens moins sensibles aux arguments marketing, Sony et ses soutiens ont eu la bonne idée d'exhiber, fût-ce dans de nombreux cas à l'état de prototype, toute la panoplie de lecteurs et enregistreurs de salon diffusant chacun un film sur grand écran. Y a pas à dire, ça calme. D'autant que ces produits émanent d'une dizaine de sociétés aux marques réputées (Sony, Panasonic, Samsung, LG, Sharp, Philips...).


Face à cette offensive, le clan Toshiba faisait bien pâle figure avec seulement deux modèles, un enregistreur de Toshiba et le lecteur optionnel HD-DVD pour la console XBox 360 de Microsoft.


C'est qu'il semble que Toshiba soit plus entouré de fabricants de PC, qui effectivement exposaient une belle lignée de portables HD-DVD.


Assurément, l'armée commandée par Sony a gagné une bataille au CEATEC. Pour la suite, qui vivra verra. Beaucoup dépendra in fine de l'offre de films et autres vidéos disponibles pour chaque format.


Pour l'instant, sur ce terrain, le HD-DVD est en tête avec 200 titres annoncés d'ici fin 2006, contre deux fois moins pour le Blu-Ray.


Le prix des appareils de lecture sera également un facteur important, de même peut-être que l'accueil qui sera réservé à la console de jeux PlayStation 3 de Sony laquelle est aussi un lecteur Blu-Ray, et même à ce titre le moins cher du marché.


Nul ne sait en outre à ce jour si les deux formats ne finiront pas finalement par cohabiter, avec peut-être chacun leurs marchés de prédilection, compte-tenu du fait que des lecteurs compatibles avec les deux standards seront sans doute disponibles aux environs de fin 2007.

Pour finir, sachez qu'on pouvait aussi découvrir ou revoir au CEATEC quelques innovations intéressantes voire, pour certaines, fascinantes.


On retiendra notamment un petit écran 3D chez NTT DoCoMo, sur lequel les objets s'affichent vraiment en profondeur par rapport à sa surface plane de l'écran.


des prototypes de téléphones équipés pour recevoir la radio numérique qui sera prochainement lancée au Japon,


ou encore des systèmes multimédias et équipements électroniques ahurissants pour automobiles...


Mais la palme de la meilleure démonstration d'ingéniosité revient sans conteste à "Murata Seisaku-kun", un petit robot cycliste autonome de 50 cm de haut capable de prouesses acrobatiques étonnantes,


"Murata Seisaku-kun", qui a fait bien des progrès depuis sa première prestation au Ceatec en 2005, pédale seul à la force des genoux pour grimper des pentes de 25% sur une poutre de 10 centimètres de large.

Il redémarre en côte, s'arrête pile avant le précipice, sait reculer, et peut suivre une courbe en S en tournant prudemment seul son guidon sans se rétamer... le tout grâce à une batterie de capteurs en tous genres qui lui permettent de voir la route, de sentir les forces exercées sur lui, de garder l'équilibre... et plus encore.

"Murata Seisaku-kun" a été mis au point par les chercheurs de Murata, uniquement pour perfectionner les capteurs développés par cette société et les présenter aux clients d'une façon tout aussi ludique et originale que probante. Trop mignon.


Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires

Lien croisé

En direct de Tokyo : "CEATEC Japon, du Blu-Ray, du HD-DVD, de la TVHD..., en voulez-vous? En voilà Technologies, publié le jeudi 5 octbre" rel="nofollow"

anonyme - 19.10.06 à 15:46 - # - Répondre -

Commenter l'article