En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

Love-hotels, la débauche de technologies

Chronique hebdomadaire "Live Japon" sur Clubic.com avec le mangaka JP Nishi

Publié par K. Poupée le Mardi 28 Décembre 2010, 09:03 dans la rubrique Technologies - Lu 1420 fois - Version imprimable



Que vous ayez ou non déjà séjourné au Japon, sans doute avez-vous entendu parler des love-hotels ? Comme le dessine avec un certain romantisme notre mangaka nippon surnommé Jean-Paul Nishi, ces lieux où l'on se rend a priori en couple pour faire l'amour sont aussi l'un des meilleurs endroits pour bénéficier d'un confort exceptionnel inabordable au commun des Nippons. Dans la débauche de technologies les plus osées et avancées réside depuis toujours le facteur-clef d'attractivité de ces établissements pour les couples de tous âges, légitimes ou non.

manga01-27122010

Les love-hotels, lieux de délire et de plaisir, qui se reconnaissent à leurs noms extravagants et façades tape-à-l'œil, sont présents dans tout le Japon. Ils existent grosso modo depuis un demi-siècle et remplissent un réel rôle social en permettant par exemple à de jeunes amoureux non mariés de pouvoir goûter les délices charnelles alors même qu'il est difficile pour l'un et l'autre d'accueillir son adoré(e) au foyer parental. Le Japon totalise plusieurs milliers de love-hotels, disséminés en pleine campagne ou regroupés dans les quartiers de grandes villes. A Tokyo, on en dénombre une bonne centaine dans le périmètre appelé Kabukicho de l'arrondissement de Shinjuku, plusieurs dizaines près des gares de Shibuya, Ueno ou Ikebukuro, et des douzaines dressés ailleurs dans la capitale. Contrairement à ce que d'aucuns pourraient hâtivement penser, tous ces établissements ne sont pas tenus par des yakuza, mais beaucoup sont gérés par des petits propriétaires de pas-de-porte des plus honnêtes qui ont investi dans ce type d'activité car elle est plus lucrative que celle des classiques hôtels. Des ryokan (auberges traditionnelles japonaises) ont ainsi été convertis en love-hotels dont la particularité est qu'ils affichent un taux de remplissage quotidien de 200, 300 ou 400 % puisque plusieurs couples peuvent s'y succéder au long d'une même journée. Ces hôtels, où l'on paie pour un moment dit de repos (en général 3 heures) ou pour une nuit (par exemple de 22h à 11h), sont bien sûr destinés à s'adonner à des activités sexuelles, mais ils ne sauraient pour cela se contenter d'offrir un simple lit. Ce que souhaitent les clients, c'est d'abord un environnement érogène qui les sorte de l'ordinaire.

La suite ici...


Article précédent - Commenter - Article suivant -