En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

Rencontre avec Isabelle Huppert à Tokyo...

... la "Femme aux portraits" dépeint le Japon

Publié par K. Poupée le Mardi 4 Juillet 2006, 02:22 dans la rubrique People - Lu 7229 fois - Version imprimable




Un peu de people sur ce blog, qu'en dites-vous?


On a déjà parlé de Louis Vuitton, de Paule Ka, bref de mode, de luxe, cette fois on va changer de registre: cinéma et photo. Car on a eu la chance le vendredi 30 juin de passer une soirée en compagnie d'Isabelle Huppert. Eh oui, elle était de passage à Tokyo pour y inaugurer une exposition déjà présentée à New York, Berlin ou Paris, une centaine de portraits d'elle-même par 75 des plus grands photographes du monde.



Cette collection, qu'on a pu voir à Paris au Couvent des cordeliers début 2006, poursuit donc sa tournée internationale cet été à Tokyo.
"Isabelle Huppert, la femme aux portraits" est une série de variations sur le visage d'Isabelle Huppert portraituré par Henri Cartier-Bresson, Richard Avedon, Robert Doisneau, Jacques Henri Lartigue, Peter Lindbergh, Edouard Boubat, Helmut Newton, ou plus récemment Robert Frank, Nan Goldin ou Hiroshi Sugimoto.



Si on vous montrait cent photos de votre cousine de province, sûr qu'à la dixième vous lâcheriez prise. Mais là, avec Isabelle Huppert, "Woman of many faces", c'est autre chose. On ne s'en lasse pas. Jamais la même, parce que prise à des âges différents, dans des postures, allures, vêtements, environnements variables.
Songeuse, dans un paignoire de bain, cheveux mouillés tirés en arrière, visage maquillé, appuyée contre un mûr, le cliché est signé Boubat.
Accolée au zinc d'un café parigot: Doisneau.
Découvrant volontairement un sein tout en fixant du regard l'objectif: image de Jean-Loup Sieff.
Allongée de profil, un petit air de Deneuve: Michel Comte.
Ce sont les images que l'on a préférées, mais toutes ont un intérêt particulier, parce qu'elles montrent chaque fois un femme caméléon, une actrice en somme. Un point commun néanmoins les réunit: on se demande à chaque fois à quoi elle pensait, Isabelle, au moment du déclic, si elle jouait ou non.



Face à nous, en chair et en os, la menue madame Huppert, sur ses hauts talons, dans sa petite robe noire, n'a rien de ces portraits, et pourtant si, elle a tout d'eux, c'est bien ça le mystère Huppert.
Que l'on braque un objectif dans sa direction, fût-ce celui d'un capteur CCD de téléphone portable, elle l'attrape, ne le lâche pas. Etre photogénique c'est cela. Une sorte de faculté naturelle à faire de la caméra une esclave, naturellement, sans se forcer.








Mais dîtes-nous, Huppert sama, pourquoi cette exposition montée avec Jeanne Fouchet et Ronald Chammah?
"Ce n'est pas moi qui l'ai réalisée, c'est né un peu par hasard. Dans un premier temps c'est venu d'une initiative du ministère des Affaires étrangères qui souhaitait faire une rétrospective des films dans lesquels j'ai tourné. Jeanne et Ronald ont eu l'idée d'y adjoindre une exposition accompagnée d'un livre.
C'est venu d'une manière naturelle. Il se trouve qu'au cours de ma vie d'actrice j'ai croisé beaucoup de photographes, et qu'en regroupant les photos, un peu par hasard un sens est apparu
".

Isabelle Huppert était déjà venue à plusieurs reprises au Japon. Notamment pour le tournage de la Truite de Joseph Losey, sorti en 1982.
Quelle impression lui fait ce pays? Quels changements perçoit-elle, hormis le constat qu'il y a plus de femmes dans les restaurants qu'il y a vingt-ans?


"On retrouve des clichés, car ce n'est pas un hasard s'il sont si forts, c'est qu'ils sont fondés: la juxtapposition modernité/tradition, par exemple.
Mais à vari dire, lorsqu'on arrive, on est plus frappé par la tradition, au premier abord. La tradition persiste plus que ne surgit la modernité, c'est une perception, une sensation très immédiate, et peut-être illusoire.
Sans doute que lorsqu'on vit ici en permanence, on ressent davantage tout ce que le Japon peut incarner de modernisme. Mais dans un premier temps, on ressent plus le poids de la culture, de la tradition. Par exemple dans la nourriture, l'architecture, c'est très frappant. Dans les restaurants, même s'ils veulent se moderniser, on ressent le souci de garder la tradition , le sens du respect, on est pas agressés par des changements brutaux. C'es très frappant."


Lors de son bref séjour, Isabelle Huppert a croisé des metteurs en scène japonais, une envie de tourner avec eux?

"Ah j'aimerais bien, oui, oui. C'est toujours intéressant quand il y a des croisements de regards. Y a aussi récemment des Japonais qui sont venus tourner à Paris. On sent qu'il y a une attirance réciproque entre des metteurs en scènes et des acteurs."

Vous étiez intéressée par Kitano, qu'est-ce que vous aimez chez lui?

Kiyoshi Kurosawa"Je suis intéressée, oui, par l'idée de faire un film au Japon.

Je connais assez bien Kurosawa, Kiyoshi Kurosawa... Faire un film au Japon c'est une manière d'aimer le cinéma c'est comme ça une curiosité, une envie d'aller à la rencontre de cinématographies étrangères, pour voir. C'est un peu comme un précipité en chimie, on veut observer comment des éléments qui sont très différents mis au contact les uns des autres produisent de l'inconnu, de la surprise, donc c'est toujours amusant, c'est une expérience".

Qu'est-ce que vous attendez d'un éventuel rôle dans un film japonais?

"Je ne le sais pas encore c'est pour cela que j'aimerais tourner."

Est-ce que vous êtes allée au théâtre kabuki?

"Comme j'ai travaillé avec Bob Wilson et que je vais retravailler avec lui, j'y suis allée car je sais qu'il a été très influencé par le théâtre japonais, le Kabuki en particulier."

"Il y a dans le Kabuki, outre la violence impromptue, ce travestissement qui est intéressant. Le croisement entre les sexes, c'est toujours intéressant d'aller jusqu'au bout de l'altérité, c'est-à-dire pour une femme de jouer un homme et pour un homme d'incarner une femme, comme c'est le cas dans le Kabuki, qui réalise ce fantasme."


Etrange cette madame Huppert. Souriante, disponible, redoutablement intelligente, modeste, livrant humblement ses impressions sur le Japon, se disant incapable d'analyser, juste de ressentir, alors qu'elle aurait pu, star de la soirée qui lui était consacrée à l'Ambassade de France de Tokyo, "se la jouer" comme on dit, mais non.

Un petit bout de femme, pardon une très grande dame, au bout du monde, au Japon, qui dit simplement qu'elle aimerait bien y revenir seule, pour en découvrir d'autres facettes, mais qui en même temps avoue que son statut de célébrité lui permet plus facilement de créer des liens et de sentir ainsi ici, à Tokyo, un peu comme chez elle.










La truite
- Joseph Losey - 1982
Frédérique, une jeune et jolie Jurassienne, lors d'un pacte conclu pendant son adolescence, a décidé d'obtenir tout des hommes sans jamais rien leur donner. Elle quitte son village et...se retrouvera à la fin du film au Japon, à la tête d'un élevage de truites...










Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires

Lien croisé

Blog Ouaf! : "usaient les costumes...( 6 Juil 06 - 16:25) - What am I doing here ? ( Profil ) - 3. Rencontre avec Isabelle Huppert ?okyo...... peu de people sur ce blog, qu'en dites-vous?On a d? parl?e Louis Vuitton, de Paule Ka, bref de mode, de luxe, cette fois on va changer de registre: cin? et photo. Car on a eu la chance le vendredi 30 juin de passer une soir?en compagnie...( 3 Juil 06 - 19:22)" rel="nofollow"

anonyme - 12.07.06 à 03:28 - # - Répondre -

Merci.

Merci pour ce reportage audio :)

Suivre Isabelle Huppert à l'autre bout du monde tout en restant en France...ce n'est pas merveilleux ?

Très bonne idée que ce blog en tout cas, je reviendrai !

Juliette - 13.07.06 à 07:26 - # - Répondre -

Lien croisé

Skyblog de isabelle4ever : Eternelle Isabelle Huppert...* : "<EXCLU> Interview & reportage audio d'Isabelle à Tokyo <ICI>" rel="nofollow"

anonyme - 16.07.06 à 01:33 - # - Répondre -

Lien crois&#38;eacute;

Blog de isabelle4ever - [Eternelle Isabelle Huppert*] [White Material :... - Pag : "<EXCLU> Interview & reportage audio d'Isabelle ? Tokyo <ICI>"

anonyme - 26.03.10 à 23:03 - # - Répondre -

Commenter l'article