En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

"Hello Kitty" continue de faire des petits...

... pour dévaliser les parents et les grands enfants

Publié par K. Poupée le Samedi 1 Juillet 2006, 16:22 dans la rubrique Consommation - Lu 11360 fois - Version imprimable





Après avoir tant parlé de technologies et d'économie sur ce "blog-podcast" des plus sérieux, on a comme une envie de se divertir un peu, deshou (n'est-ce-pas?)

On glosait il n'y pas si longtemps ici sur les produits dérivés et des "karakuta", mascottes qui génèrent une palanquées d'accessoires, de vêtements, d'appareils et autres articles en tous genres.

On saluait même à cette occasion les trente-deux ans de la doyenne du genre, l'increvable et indémodable "Hello Kitty".
Ce n'est pas que l'on soit fan de Kitty, on préfère Betty Boop, mais on sait d'expérience que de parler de cette bestiole est une manière pas plus bête qu'une autre de rameuter des visiteurs sur ce "blog", donc on ne va pas se priver. Les nouveaux venus découvriront ainsi au passage que le Japon développe des tas d'autres choses et d'idées beaucoup plus malines et plus intéressantes que ladite "Kitty-chan".



On soulignait au passage que Kitty était devenue la "vache à lait" de la firme nippone Sanrio qui l'a créée en 1974.
Eh bien, l'exemple était, pour le moins, plutôt bien choisi. Puisque bien que déjà riche de 50.000 références commercialisées dans quelque 60 pays, "Hello Kitty" continue d'inspirer des créateurs opportunistes du monde entier.
Y a même des chercheurs tout-à-fait sérieux qui se sont penchés sur la question. Pourquoi diable ce personnage suscite-t-il tant d'intérêt? Hein? Pourquoi? Eh bien pour deux raisons majeures. Kitty inspire la douceur, et elle est apatride (autrement dit, sa nationalité ne se devine pas d'emblée, donc elle est universelle). A méditer.


Bref, tout cela simplement pour expliquer que Kitty continue de faire des petits.


Figurez-vous en effet qu'en l'espace de deux semaines, nous eûmes droit à l'annonce en fanfare au Japon de pas moins de quatre nouvelles gammes de produits estampillés "Hello Kitty". Et encore, en a-t-on assurément raté, car on ne peut pas être sur tous les fronts.




Premier nouveau produit portant la tête du "châton rose bonbon" annoncé pour bientôt sur les étals, on sent que ça va vous plaire: il s'agit d'un baladeur audionumérique à mémoire flash directement mis en vente par Sanrio.



Cet objet est disponible à compter du 7 juillet 2006. Il pèse 26 grammes, dans un format de 56×35×20 mm, se connecte à un ordinateur sous Windows par port USB 2.0 et dispose d'une capacité de 256 Mo.
Ce baladeur de gamine coûte un peu moins de 100 euros. A ce prix là, on paye assurément le design plus que l'innovation technique.
Dans la même veine, sachez que Toshiba a également sorti une série de baladeurs Gigabeat reprenant les figures emblématiques d'un dessin animé pour adulte, "Nana" qui fait un carton au Japon.




Deuxièmes nouveaux produits: des pansements étanches vendus dans les meilleures pharmacies, portant eux aussi le visage de Kitty. A noter qu'il existe également des variantes avec, entre autres, le tout aussi célèbre mais beaucoup moins sexy Super Mario. Prix de la boîte de 20 pansements, 399 yens, soit environ 2,75 euros.



Troisième nouveauté, sur laquelle on ne s'attardera guère, vu son peu d'intérêt à nos yeux, une poupée "Hello Kitty" en porcelaine vêtue d'une robe d'apparat, signée Irish Dresden, une firme d'origine allemande, paraît-il réputée, car riche d'une longue histoire.
L'objet ne sera disponible qu'au Japon en série limitée à 2.000 pièces. Les réservations peuvent être effectuées sur l'archipel les 20 juillet, 20 août et 20 septembre dans seulement trois boutiques (un jour dans chaque) et la poupée ne sera livrée qu'en novembre, décembre ou février selon la date et le lieu de commande. Prix: 49.900 yens, soit plus de 300 euros au cours actuel pour une figurine de 15cm d'aucune utilité mais sur laquelle les Japonais vont sans nul doute se précipiter.




Quatrième et dernier objet enfin pour clore la série, une guitare électrique noire et rose Fender, qui sera disponible en un seul exemplaire pour la modique somme de 2.520.000 yens (17.250 euros environ, gloups).
Elle y sera exposée du 25 au 31 juillet 2006 dans le chic grand magasin Mitsukoshi du quartier de Nihonbashi au centre de Tokyo. . Deux instruments du même type ont déjà été commercialisés aux Etats-Unis, mais sa vente au Japon constitue une première, et même l'unique occasion d'en acquérir une en terre nippone. Avis aux amateurs fortunés.






Pour les moins riches, on aura l'amabilité de signaler qu'il existe des modèles plus modestes, donc beaucoup moins chers, certes pas des collectors, dans les magasins spécialisés dans les guitares du quartier de la musique, Ochanomizu à Tokyo.

Le génial compositeur dont les sublimes musiques accompagnent ce blog audio,
Hugues Le Bars
, en possède d'ailleurs une.



Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires

Lien croisé

En direct de Tokyo : ""Hello Kitty" continue de faire des petits... Consommation, publié le samedi 1 Juillet 2006" rel="nofollow"

anonyme - 01.07.06 à 16:33 - # - Répondre -

Re: Lien croisé

c est tros  bien

anonyme - 13.07.07 à 06:20 - # - Répondre -

Lien croisé

Blog de LovingSwagg - Skyrock.com : "                                                                                                                                                                                                                               Je suis ma chambre entrain de jouer de la guitare electrique j'adore sa j'oublie tous mais soucie quand je touche cette instrument enfin au total je vie que pour sa quoi,mais comme d'habitude faut toujours que quelqu'un me retire de mon magnifique monde                   .                                                                                                                          "

anonyme - 07.08.12 à 18:35 - # - Répondre -

Commenter l'article