En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

Une bien aimable critique ma foi...

Publié par K. Poupée le Dimanche 7 Décembre 2008, 01:07 dans la rubrique People - Lu 2086 fois - Version imprimable

Parue sur le blog de l'historien et éditeur Frédéric d'Agay

Le Wa des Japonais

La Chine est à la mode depuis plusieurs années et nous avons vite oublié que les Japonais nous ont longtemps fait peur ou rêver. L’Europe les a laissé tomber, politiquement et diplomatiquement, car économiquement ce sont souvent des adversaires. Ce peuple fascinant est mal compris, très peu connu en vérité. 


Nous vivons sur des fantasmes et des critères issus des romans d’Amélie Nothomb ou du film « Lost in translation ». Bien sûr, tous ceux qui ont été au Japon se sont reconnus dans les deux cas. Mais le Japon n’est pas que cette société incompréhensible et paradoxale. C’est un merveilleux pays de culture qui allie la modernité à la tradition.

Tokyo est une mégalopole polluée et surpeuplée avec ses échangeurs d’autoroute de bande dessinée de science fiction, à deux pas du jardin d’iris de l’impératrice au parc Meiji qui est un des endroits les plus romantiques du monde. Le charme de la ville et du pays n’est pas donné au premier voyage. C’est comme pour la nourriture nippone, il faut être apprivoisé, mais une fois qu’on l’est, le Japon peut devenir une drogue dont on ne peut se passer.



Karyn Poupée
, journaliste, correspondante de l’AFP à Tokyo nous plonge dans la réalité japonaise d’aujourd’hui dans un ouvrage sobrement intitulé « Les Japonais ». Elle nous tisse un portrait de cette société qui est une très fine analyse psychologique, un brillant essai « à l’américaine » et un reportage très bien monté. C’est un livre tout simple. Partant du passé récent et se projetant dans l’avenir, Karyn Poupée nous démonte cette société, les traumatismes de la guerre perdue, l’américanisation, la montée de la puissance industrielle qui révéla un Japon qui travaille, se tient les coudes, mais surtout réfléchit et fait appel au Japon de toujours, de l’exactitude, de la politesse, de l’efficacité, de l’élégance, de l’esprit d’équipe. Car être Japonais c’est être différent du reste du monde. Supérieur par ses qualités intrinsèques que l’on retrouve dans le terme « Wa », ce qui est bon et harmonieux, l’accord idéal entre les êtres et les choses, donc par extension ce qui est propre aux Japonais, ce qui est japonais. Ajouté à un autre kanji cela le nipponise par exemple wa-daïko signifie percussions japonaises.

Ce concept du Wa a entraîné un mouvement de créateurs, architectes et artisans appelé Mingei, qui signifie « artisanat populaire », nouveau concept de lignes de produits pour la vie quotidienne du peuple par des artisans ne signant pas leurs œuvres et possédant toutes les qualités de robustesse, élégance et du travail artisanal millénaire allié à la création. Il est l’objet d’une passionnante exposition au Musée du Quai Branly qui aide à mieux comprendre le Japon. Cet artisanat est ainsi défini par son créateur « être commode et d’un maniement aisé, être authentique et se révéler fiable à l’usage, nous apporter réconfort et tranquillité au fil d’une vie commune, nous devenir de plus en plus proche au fur et à mesure d’une utilisation qui se prolonge ».

Pour des années plus anciennes et l’art japonais, le musée Cernuschi présente actuellement des peintures sur paravents et rouleaux sur le thème des courtisanes qui est un peu une chronique de la vie quotidienne à Edo et Kyoto ou des images d’un « monde flottant » d’or et de brume. Voilà qui nous replonge dans un Japon ancestral et une peinture dont on ne se lasse pas. Plus contemporaine est l’exposition du design japonais d’aujourd’hui à la maison de la culture du Japon, justement intitulée ; « Wa : l’harmonie du quotidien ».

L’harmonie a une grande importance au Japon, comme la sensualité, mais aussi la ponctualité, le respect d’autrui, toutes choses que les Japonais ont du développer dans une nature hostile : menaces sismiques permanentes, tsunamis, volcans et typhons, aucune ressources naturelles sur ces îles montagneuses. Cela les a amené nous dit Karyn Poupée à innover en permanence : « Têtus et ambitieux, ils sont humbles par le verbe mais expriment leur fierté par leurs réalisations époustouflantes en donnant l’impression parfois de passer outre les limites du raisonnable. Le déchaînement de la nature est un puissant stimulant ». Ce livre nous donne des clefs pour mieux connaître la société nippone et réaliser que le « miracle japonais » n’est pas terminé.

Karyn Poupée, Les Japonais, Tallandier, 506 p. 25 Euros.

L’esprit Mingei au Japon. De l’artisanat populaire au design, Musée du Quai Branly jusqu’au 11 janvier 2009.
Wa : L’harmonie au quotidien. Design japonais d’aujourd’hui, Maison de la culture du Japon, jusqu’au 31 janvier 2009.
Images du monde flottant, Musée Cernuschi, jusqu’au 4 janvier 2009.


Critique tirée du Blog de Frédéric d'Agay: http://fredericdagay.blogspot.com/



Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires

Comment on lit?

Bonjour,

j'aime bien suivre vos articles mais là j'ai eu du mal et j'ai abondonné.

Aucune paragraphe, un gros pavé en gras, j'ai abandonné l'affaire. Malheureusement je suis de la génération Y et je ne peux plus lire quelques choses d'aussi long sans coupure. Même sur mon téléphone portable, je n'ai pas pu le lire.

Merci pour vos autres articles.

Averroes - 07.12.08 à 02:53 - # - Répondre -

Désolé, je viens de clicker sur le liens de l'article et c'est juste un copier/coller que vous avez fait.
Je vous présente mes excuses.

Averroes - 07.12.08 à 02:55 - # - Répondre -

Bonjour

Bonjour, aujourd'hui j'ai parcouru longuement votre livre en BU, déjà félicitations pour le travail effectué. Pour dire vrai je m'attendais un volume plus petit que ça. Pour le style, je ne peux pas juger, je suis ni critique littéraire ni éditeur, mais il est clair que le style journalistique soit on aime soit on rejeté. Pour ma part cela ne me dérange pas, et cela change du style universitaire de Berque ou encore de Pelletier.
 
On n'y trouve beaucoup de choses, (trop peut-être), plus ou moins intéressantes selon les goûts du lecteur, mais cela a l'avantage que chacun trouvera un point qui va l'intéresser, je pense. Mon seul regret, et qui m'amène à penser que se livre pourrait décevoir, et le manque de profondeur dans les sujets abordés. Bien sûr vu la forme du sujet il est impossible de traiter tous les sujets abordés de manière précise, mais il donne un goût de survol, d'échantillon gratuit, d'avant-propos. Par exemple le toyotisme c'est ne pas que les flux tendus. Mon deuxième reproche, est le manque de références, il y a certes une petite bibliographie en fin de volume, mais les références ne sont pas citées, je trouve cela regrettable... peut-être la manière journalistique je ne sais pas.

En tout cas félicitations pour le travail effectué, qui est important que l'on soit d'accord ou pas avec la forme, le contenu... vous avez fait un livre je pense qui vous tient à cœur, et vous avez concrétisé ce projet. Bravo.

nicolas - 20.12.08 à 05:54 - # - Répondre -

Yokoso "Les Japonais"

 Bonjour, ça fait plusieurs mois que je parcours le Blog et j'y trouve souvent des échos à la passion grandissante pour le pays du soleil levant. 


Effectivement, le Japon peut vite devenir une drogue. La première fois j'y suis allé juste pour la curiosité. Et maintenant, dés que j'ai des vacances, je vais là-bas. J'ai un peu plus de mal que vous à mettre des mots sur ce qu'on y ressent, mais le fait est que ce pays est fascinant et apporte toujours son lot de satisfactions et d'interrogations. 


Cette année je partirai encore un peu moins bête en ayant lu "Les Japonais" avant. Encore merci pour tout ce travail d'aide à la compréhension de ce qui nous est étranger.





LBDV - 26.12.08 à 18:42 - # - Répondre -

Commenter l'article