En direct de Tokyo ...

par Karyn Nishimura-Poupée, correspondante AFP Japon, avec le mangaka japonais J.P.NISHI

Au 7e ciel, vu de l'espace

Chronique hebdomadaire "Live Japon" sur Clubic.com, avec le mangaka Nishi

Publié par K. Poupée le Samedi 27 Novembre 2010, 14:36 dans la rubrique Technologies - Lu 1555 fois - Version imprimable


Améliorer la vie sur Terre, protéger l'Homme et préserver sa planète, telles sont les motivations affichées par le Japon lorsqu'il présente sa vision pour la recherche spatiale.

L'une des grandes ambitions des Japonais est aussi de mieux utiliser l'espace à des fins extrêmement pratiques. Exemple ? Eh bien lisez le manga de l'ami Nishi !


Live Japon MangaManga


Permettre le développement de nouveaux services reposant sur la géolocalisation, à des fins publiques, personnelles ou professionnelles, qu'on espère moins intrusives que celles imaginées par le mangaka Nishi, tel est le but de la mise en orbite du satellite « Michibiki » lancé en septembre dernier. Cet engin doit en effet émettre des signaux complémentaires de ceux des satellites du système GPS.


Live Japon 2
Ces informations, reçues au Japon, en Australie et dans une partie de l'Asie, permettront d'améliorer la précision des services de géolocalisation dans les zones concernées. En théorie, le système GPS permet de localiser un élément fixe ou mobile sur Terre à environ dix mètres près. Cependant, cette précision dépend grandement des conditions météorologiques et terrestres. L'archipel nippon, aux mégapoles denses peuplées de gratte-ciel et au terrain très accidenté, est une des zones où la précision théorique est difficile à atteindre, selon les chercheurs de la Jaxa, lesquels voudraient en outre qu'elle soit d'un mètre.

Pour ce faire, il faut impérativement recevoir simultanément les signaux de plusieurs satellites GPS pour situer un objet. « Michibiki », qui sera plus facilement visible du sol nippon que lesdits satellites GPS, est censé apporter un complément fiable, afin de minimiser les erreurs. Toutefois, pour obtenir la précision requise 24 heures sur 24 (et non un tiers du temps seulement), deux autres satellites du même type que « Michibiki » sont requis, reconnaît la Jaxa. Pour l'heure, des contraintes budgétaires compliquent la tâche des ingénieurs.

Live Japon 1

Des entraves, les équipes scientifiques nippones en rencontrent aussi sur le volet technique, mais elles persévèrent et ont raison. Après moult péripéties, et alors même que le chef de projet n'y croyait plus, l'agence d'exploration spatiale japonaise (Jaxa) a fini par annoncer il y a quelques jours « avoir confirmé la présence de 1 500 particules d'astéroïde » dans les échantillons rapportés par la sonde « Hayabusa » après une mémorable épopée interstellaire.


Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires